Entries Tagged as 'moe norman'

La Méhode Béliveau comparée au swing de Moe Norman, une “légende” du golf

LaMethodeBeliveau.com

Moe Norman

Un jour, un partenaire de jeu d’occasion me fit la remarque
que je prenais une position semblable à celle de Moe Norman. Ce dernier

Moe Norman et la Méthode Béliveau

Moe Norman et la Méthode Béliveau

m’était tout à fait inconnu.

Quelque temps plus tard, un champion canadien et pas le moindre,
Daniel Talbot, membre de la PGA, me déclara que Moe Norman était
le plus grand et le meilleur joueur de golf qu’il ait connu.

Ma technique n’est pas celle de Moe Norman, mais elles se ressemblent
à bien des égards.

Moe Norman est un canadien né à Kitchener
en Ontario en 1929, il est mort en 2004.

cours de golf Moe Norman

cours de golf Moe Norman

Membre du Temple de la Renommée du Golf, Moe Norman
détient plusieurs records de parcours. Il a remporté 54
victoires en tournois. Il a joué trois parties de 59, quatre autres
avec un score de 61. De plus, il a remporté 33 victoires en tournois
professionnels avec un pointage entre 63 et 66.

Tout golfeur amateur ou professionnel
rêve de réaliser au moins une fois dans sa vie un trou d’un
coup… Moe Norman en a réalisé … 17 officiellement.

Lee Trevino dit de lui qu’il est le meilleur frappeur
de balles de tous les temps. En Amérique, Moe Norman est devenu
une légende vivante du golf. On raconte à son sujet toutes
sortes d’histoires et d’anecdotes.

On dit de lui qu’il avait un caractère exécrable
et qu’il fuyait les gens de la presse et le public en général.
Il avait un comportement bizarre et excentrique et il était incapable,
après avoir remporté un tournoi, de faire la moindre allocution
devant un public. Il souffrait d’une timidité excessive.

Il avait une voix haute perchée, un débit
très rapide, il bafouillait et répétait les mêmes
mots.

La veille d’un tournoi, il dormait dans sa voiture
ou dans une fosse de sable (bunker) du parcours. Très souvent ce sont des
amis intimes qui sont allés chercher le trophée et le chèque
accordés au vainqueur du tournoi. Moe était introuvable.
On le retrouvait beaucoup plus tard, assis au bord d’un lac ou encore
comme planteur de quilles dans une salle de bowling avoisinante.

En 1971, il exécuta quatre roulés (put) sur le
vert du 18 ième trou et perdit le «Québec Open»
par un seul coup. Quelques jours plus tard, alors qu’il faisait une
ronde de pratique en vue du «Canadian Open» des journalistes
le rejoignirent au départ du 10ième trou.

L’un deux lui demanda sur un ton sarcastique, si ses roulés
étaient meilleurs.

Moe s’empara de son bois no.1 et frappa la balle
du départ d’un par 3 de 230 verges. Avant que la balle n’atterrisse
sur le vert, il se tourna vers les journalistes et leur dit : «Aujourd’hui
je n’utilise pas mon putter».

Et la balle roula directement dans le trou…

Lors d’un match amical avec d’autres professionnel,
on lui fit la remarque qu’il ne devrait pas utiliser son «driver»
au départ, car un ruisseau traversait le terrain à environ
250 verges.

– Et alors, de répondre Moe, il y a un pont !

Et sa balle roula sur le pont.

– Un coup de chance, lança l’un de ses partenaires de jeu.

Moe en frappa une deuxième… et une troisième…

– Je suis vraiment chanceux aujourd’hui, dit-il,
en se baissant pour ramasser son tee.

Ce n’est qu’après avoir vu le film «Rain
Man» avec Dustin Hoffman qu’un couple d’amis très
proche de lui comprit le comportement de Moe…

Il était autiste.

Moe Norman sur la fin de sa vie passait l’été au
Canada et l’hiver en Floride où il donnait des démonstrations
de sa façon de frapper la balle.

Bizarre… Bizarre

Ce qui me chicote dans l’histoire de Moe Norman, c’est
que malgré le fait que beaucoup de professionnels disent qu’il est
le meilleur frappeur de tous les temps, aucun d’entre eux n’a eu l’idée
de frapper la balle à sa façon. Ils ont peut-être raté
l’occasion d’être également considérés
comme les meilleurs frappeurs de balles.

Ce titre de meilleur frappeur était moins dû à
la distance qu’à la précision de ses coups mêmes. Pourtant,
la balle n’atterrissait jamais à moins de 250 verges, ce qui ferait
sûrement le bonheur de n’importe quel joueur amateur.

Mais la précision de ses coups était une tout
autre histoire. Il ne se contentait pas de frapper la balle dans le «fairway»
il choisissait l’endroit sur le «fairway».

Il a enregistré 3 parties de 59 dans des tournois officiels.
Il y a quelques années, Al Geiberger a déjà réussi
un score de 59 mais une seule fois et on en a beaucoup parlé.

Plus récemment David Duval a inscrit un 59 sur sa carte.
Tiger Woods n’a pu faire mieux à date que 61.

Réussir un trou en un relève presque
uniquement de la chance, en réussir 17 en tournois officiels, c’est
beaucoup de chance direz-vous. Mais pour Moe Norman c’était plus
que ça. Il était tellement précis que la balle s’envolait
en ligne droite vers le drapeau, tombait en avant du drapeau et roulait jusqu’au
trou.

L’histoire ne nous dit pas combien il en a raté… de peu.

Marcel Béliveau      La  Méthode Béliveau  www.LaMethodeBeliveau.com